Retrouvez le dernier article d’Anne-Laure Blanc, présidente de Solidarité Pour Tous, sur le site Boulevard Voltaire: http://www.bvoltaire.fr/annelaureblanc/pourquoi-jetais-sur-les-champs-elysees-ce-11-novembre,41020

Pourquoi me suis-je retrouvée ce lundi matin vers 11 heures sur les Champs-Élysées ? Parce que j’avais déniché un bonnet rouge dans un sac de montagne ? Oui, mais pas seulement. Parce que j’aime les chevaux, les fanfares et les beaux militaires ? Oui, mais pas seulement. Parce qu’un beau soleil d’automne flamboyait sur Paris ? Oui, mais pas seulement. Parce que quelques alertes avaient sonné ici ou là, annonçant un peu de chahut après les commémorations ? Oui, mais pas seulement.
J’étais sur les Champs-Élysées parce que je subodorais que les médias allaient vite faire œuvre de désinformation. Des « très méchants » auraient voulu, ont-ils dit, s’approcher du Président. Vous voulez rire, avec une double rangée de barrières tout du long de l’avenue et des gendarmes ou des CRS tous les cinq mètres ! Avec des barrières dès la rue de Tilsitt et la rue Balzac ? Avec des dizaines de fourgons dans les rues adjacentes ? Avec les vitres teintées, allez donc savoir dans quelle voiture Hollande a redescendu les Champs…
En fait, « pourquoi ? », ce n’est pas la bonne question. La vraie question, c’était : « Pour qui ? »
Pour ceux et celles qui, refoulés sur simple délit de faciès, n’ont même pas pu arriver sur les Champs-Élysées. Pour ces jeunes gens en colère qui ont été violemment jetés à terre par des policiers en civil puis embarqués vers le commissariat de la rue de l’Évangile. Parce qu’ils portaient ce fameux bonnet rouge. Voire parce que leur drapeau – français ou breton – était un peu trop voyant, leur coupe de cheveux un peu courte, leur démarche trop volontaire… Pour ces familles et ces couples plus âgés qui, n’osant ni siffler ni huer, chuchotaient en assistant, l’air désemparé, à ces interpellations musclées.
Mais, répètent en chœur les médias du système, on ne manifeste pas les jours de commémoration. Cela ne se fait pas. Le 11 Novembre, ce n’est pas le 14 Juillet. En effet. Sauf que personne n’a bougé lors de la cérémonie. Sauf que les petits « bleuets » de France fleurissaient au revers des manteaux. Sauf que ni les ambassadeurs, ni les grands invalides, ni la Garde républicaine n’ont été hués. La France bien élevée a des principes et le sifflet sélectif.
Mais aussi, et surtout, si j’étais ce 11 novembre sur les Champs-Élysées, c’est que je tenais à défendre la mémoire de ceux qui ont façonné cette France que nous aimons. À défendre le souvenir de ceux dont j’ai vu passer les ombres, il y a quelques semaines, en arpentant les coteaux des Éparges. Pour que la France de demain, celle dont nos enfants et petits-enfants hériteront, ne soit pas trop différente de celle que nos aïeux nous ont transmise. Parce que la mémoire n’interdit pas l’action. Elle la justifie.

 


Pour la contestation face au gouvernement, rejoignez la page : hollande-demission.org

Le milliardaire Pierre Bergé veut fermer le Salon Beige

Le 17 septembre dernier, le blog Le Salon Beige a reçu un courrier stupéfiant (page 1 et page 2) de Me Emmanuel Pierrat, l’avocat de Pierre Bergé. Dans cette lettre, le Salon Beige est accusé de diffamation par Pierre Bergé ; ce dernier, pourtant, ne s’était pas gêné pour insulter les manifestants opposés au mariage gay en les traitant d’homophobes et antisémites.

Le Salon Beige, que nombre d’entre nous connaissent, est un blog qui relaie des informations dérangeantes pour le gouvernement. Chaque article dénonce les nouvelles réformes qui sapent l’intérêt national et l’ordre moral.

Mais aujourd’hui, le Salon Beige est victime d’un double musellement.

En accusant le Salon Beige de diffamation, Pierre Bergé, financeur de la sphère homosexualiste, veut faire peser une accusation morale sur ce blog. L’accuser de diffamation revient à le faire passer pour menteur. Or, l’avocat du blog certifie qu’il n’y avait rien de faux ni d’illégal et encore moins de diffamatoire dans l’article publié le 23 août. Ici encore, le Salon Beige a dénoncé l’accointance des médias avec Pierre Bergé, ardent défenseur d’une minorité contre le bien commun.

Etant démontré que l’attaque morale sur le Salon Beige est un artifice, il faut se rendre à l’évidence. Pierre Bergé profite de sa fortune pour attaquer financièrement le Salon Beige. Cette technique est bien connue : faire un procès a un coût que des petites structures ne peuvent supporter, ce qui entraîne leur disparition. Indéniablement, le Salon Beige n’a pas les moyens de financer une telle affaire.

Cependant, face à des millions d’euros, nous sommes des centaines de milliers de Français à en avoir plus qu’assez de ces intimidations. Si chacun d’entre vous donne ce qu’il peut, 30, 50, 100 euros, Solidarité Pour Tous pourra financer les frais des avocats qui préparent la défense du blog. Chaque don compte dans lutte pour la vérité contre le mensonge, pour le bien commun et contre les intérêts minoritaires.

Grâce à vous, Solidarité Pour Tous permettra au Salon Beige de survivre à cette attaque et de continuer son travail de réinformation !

Aidez-nous à l’aider !

Solidarité Pour Tous

NB

Pour comprendre qui est réellement Pierre Bergé, retrouvez ses différentes interventions dans la presse.

La preuve en images:

Article publié sur Boulevard Voltaire. http://www.bvoltaire.fr/annelaureblanc/repression-continue,37055

Face aux manifestations de masse du premier semestre 2013, le gouvernement socialiste a pris peur et a répondu par la violence. Tabassages de manifestants, privations de liberté et détentions arbitraires, les moyens n’ont pas manqué pour faire pression. Plus d’un millier de jeunes ont été victimes d’arrestations arbitraires. Trois jeunes gardés à vue, qui étaient parmi les fameux 67 1, ont alors lancé Solidarité pour tous afin d’aider toutes les personnes victimes de persécutions policières et judiciaires. En trois mois, Solidarité pour tous a rendu service à près de 70 personnes en leur permettant de payer les honoraires de leurs avocats, les frais de justice et tout ou partie des frais engendrés par les procès.

Solidarité pour tous a toujours été là pour soutenir tous les contestataires du mouvement, sans aucune exclusive. L’association a notamment aidé Nicolas Bernard-Buss, prisonnier politique pendant près d’un mois dans des conditions épouvantables, les courageux Hommen de Roland-Garros ou les jeunes qui ont déployé une banderole sur la terrasse du siège du Parti socialiste. Mais elle a aussi soutenu des Veilleurs retenus illégalement pendant plusieurs dizaines d’heures, un Lyonnais qui avait eu pour seul tort d’accueillir Christiane Taubira à sa sortie de l’Opéra de Lyon, ou les nombreux manifestants du 26 mai qui se sont retrouvés en garde à vue sans savoir pourquoi.

La répression n’est pas terminée ! De nombreux procès sont encore en cours.

En 2009, des militants écologistes de Greenpeace avaient introduit une banderole dans l’Assemblée nationale et giflé des policiers. Ils n’ont jamais été condamnés. Le 24 avril 2013, sans aucune violence, une banderole réclamant un référendum a été déployée dans les tribunes de l’Assemblée nationale par des opposants à la loi Taubira. Ces jeunes gens sont aujourd’hui poursuivis pour perturbation du débat démocratique et atteinte à la sûreté de l’État ! Leur procès est prévu le 3 décembre prochain.

Pierre, un jeune couvreur de 19 ans, a récemment été condamné à 200 € d’amende et 3 mois de prison avec sursis pour rébellion, alors même qu’il a été violemment frappé lors de son interpellation. Pierre a interjeté appel. Il n’est pas le seul, les procès en appel se multiplient. Les centaines de jeunes gens poursuivis à la suite des contestations du printemps dernier comptent sur vous. Aidez-nous à les aider, aidez Solidarité pour tous !

Anne-Laure Blanc
Présidente de Solidarité Pour Tous

Aidons ceux qui ne lâchent rien, ceux que le gouvernement a essayé de faire taire!

Des centaines de procès en cours, des milliers d’heures de garde à vue, des milliers d’interpellations illégales

par une police politique aux ordres d’un pouvoir qui ne veut pas entendre.

Soutenons la jeunesse qui bouge, aidez nous à les aider!

Solidarité Pour Tous

Après le scandale de l’incarcération de Nicolas, on aurait pu croire qu’on en avait fini avec les jugements iniques. Il n’en est rien!
Aujourd’hui, le jeune Pierre, 19 ans, vient d’apprendre qu’il était condamné à 3 mois de prison avec sursis, 200 € de dommages et intérets et 200 € de frais de justice.
Le motif? Rébellion lors de la manifestation du 20 avril dernier. Toutes les personnes présentes au procès, qui s’est tenu le 10 juin, pensaient pourtant que le tribunal acquitterait Pierre.

Car bien évidemment, aucune preuve ne vient étayer l’accusation, à l’exception des témoignages des policiers. Policiers qui ont procédé à l’arrestation de Pierre, d’une manière pour le moins musclée, comme en témoigne cette photo.

Pierre a d’ors et déjà fait appel de sa condamnation. Un second procès aura donc lieu.

Pierre est un jeune couvreur qui vient d’emménager à Paris, il compte sur vous, via Solidarité Pour Tous qui l’a déjà aidé lors du premier procès, pour l’aider à faire face aux nombreux frais occasionnés par le procès d’appel.

 

TOUS A VOS RADIOS! (95.6FM)

Ce jeudi 19 septembre entre 18h et 21h, la présidente de Solidarité Pour Tous, Anne-Laure Blanc s’exprimera au micro de Daniel Hamiche sur Radio Courtoisie (95.6).

Au cours de l’émission qui portera sur la répression contre les opposants à la loi Taubirator, A-L Blanc fera un bilan de la répression et présentera l’ensemble des actions menées par Solidarité Pour Tous.

Nous rappelons que Solidarité Pour Tous est une association de loi 1901 qui aide moralement et financièrement les victimes de la répression policière et juridique dans le cadre de lutte contre le mariage gay.

Aidez-nous à les aidez !

Solidarité Pour Tous